Et si on s’accordait une pause?

Qui a dit qu’il fallait attendre la retraite pour prendre une pause, ou même avoir un style de vie précis ou appartenir à une certaine génération?

Femme de carrière, 29 ans, ok célibataire et sans enfant, mais je me suis arrangée pour faire garder mon chien et j’ai continué à payer mes factures (condo, auto, etc.) Le déclic s’est fait quand on m’a demandé la question suivante : Sur 10, qu’elle est ton niveau de satisfaction aujourd’hui, en prenant compte de ton emploi, l’endroit où tu vis, ta situation, ta vie en générale? J’avais les larmes aux yeux, comment m’étais-je rendue jusque-là… car ma réponse n’était pas au-dessus du chiffre 4. Toi, quel serait ta réponse?

Il y a un temps dans la vie où on voit notre futur et qu’on n’a pas peur de le regarder droit dans les yeux. On a hâte d’être «grand», d’accomplir certaines choses, on veut être adulte, etc. Mais quand on se rend compte que ce que l’on voulait devenir n’est pas chose faite et qu’on ne se dirige même pas dans cette direction-là…. c’est là qu’on « frappe un mur ».

C’était déjà planifié que je parte près de 3 semaines au Pérou, je me suis dit que ça allait me donner un break. Un peu d’air à ma routine, mais je sentais que ce n’était pas assez… Je n’étais pas établie dans une ville que j’appréciais, mon boulot n’était pas à la hauteur de mes attentes et par-dessus tout, je n’étais pas bien dans ma peau. Sur un coup de tête, j’ai décidé de ne pas renouveler mon bail, de démissionner (évidemment j’ai regardé mon compte en banque avant et je me suis dit que j’avais un peu de lousse) puis, je suis partie avec mes trois amis vivre l’aventure d’une vie!

Trois semaines à se coucher tard et se lever tôt, des heures de bus à n’en plus finir, des randonnées inimaginables, la pesanteur de l’altitude, des fous rires et du fun plus qu’il n’en faut! La cerise sur le sundae : j’ai rencontré un ami qui me proposa un autre voyage en Colombie, deux semaines seulement après mon retour au Canada. Folle de même, j’ai accepté. Non, je ne le connaissais pas plus que ça. Oui, j’avais besoin de me retrouver dans l’inconnu, de sortir de ma zone de confort et de me laisser aller vers la nouveauté.

Résultat: ce fut une agréable surprise, bien que l’on soit chacun reparti de notre côté du globe à la suite de ces 24 jours. J’ai tout de même retrouvé la joie de vivre et de foncer vers de nouveaux défis! Avec une amie je suis déménagée au Vieux-Port de Montréal, je cherche activement un nouvel emploi et je suis juste bien avec tout cela. Je ne m’inquiète pas puisque le marché du travail est bon et que dès que je m’investis dans quelque chose, je le fais à 100%… j’ai aussi trouver un but à ma vie.

La spontanéité, c’est ma version du bonheur. Dire oui, réaliser quelques choses qu’on n’aurait jamais faite « en temps normal », oser et risquer! On s’installe trop souvent dans la routine avec notre amoureux, nous-mêmes ou au travail… Je te dis aujourd’hui qu’il faut changer un petit quelque chose, peut-être pas de A à Z comme je l’ai fait, mais une habitude ou accepter un défi car «qui risque rien n’a rien». L’été est la saison parfaite pour essayer une nouveauté ou partir à l’aventure car tout est un peu plus au ralenti, fais-le avant le rush de la « rentrée », je te le conseille fortement!

On s’en reparlera en septembre 😉

XX

Publicités

Une réflexion sur “Et si on s’accordait une pause?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s